Louna l'expérience pédagogique partie 1

Voici le premier volet expliquant la progression de ma fille en dressage.

Montant dans un bon club (le centre équestre du pas des lanciers aux Pennes Mirabeau) je n'ai pas trouvé utile de m'occuper d'elle spécifiquement jusqu'à ses 11 ans. Elle ne semblait pas passionnée, montait occasionnellement pour le plaisir, aimait monter dans son club où la cavalerie était adaptée, et il était bon qu'elle pratique aussi du CSO, connaisse l'ambiance des stages dans un club sympa et s'amuse avec d'autres enfants avant de se spécialiser éventuellement.

C'est donc l'été de ses 11 ans que j'ai commencé à lui donner des conseils. Je me suis vite rendue compte que si elle était contente et fière de monter avec moi, elle n'était pas assez passionnée pour accepter de "souffrir", notamment au départ par rapport aux abdominaux et à la tonicité générale. J'ai donc essayé de lui proposer des séances positives, avec 1 seul élément clé à chaque fois, 1 seul élément si le précédent semblait intégré, et finalement le fait de lui donner ces éléments de façon très séparés ont certainement contribué à l'impression générale de facilité, de ne pas s'enfermer dans un problème ou une situation stagnante.

La position

Comme je l'explique dans la vidéo, la différence la plus importante par rapport à l'enseignement traditionnel est que je n'ai pas voulu intervenir sur sa position avant qu'elle sente et comprenne le fonctionnement du cheval. Parce que je voulais qu'elle trouve sa position dans un fonctionnement dynamique et non pas comme une image figée, de façon indépendante du fonctionnement du cheval. j'ai pas mal d'élèves qui rencontrent des difficultés parce qu'ils ont appris une certaine attitude et ne savent pas la moduler naturellement pour influer sur le fonctionnement du cheval. Pour l'instant Louna n'a pas ce problème, et je peux constater en permanence, qu'il y a bien par exemple une ligne droite entre l'anneau du mors du cheval et son coude, ce qui est essentiel et que je ne suis pas toujours capable d'obtenir moi même puisque j'ai trop de "parasites" acquis il y a longtemps. J'ai donc laissé Louna au trot enlevé le temps qu'elle soit assez stable dans son contact et que les chevaux aient le dos en place. Je ne lui ai donné des consignes de position que très ponctuellement, si sa position la gênait pour trouver ou sentir le fonctionnement du cheval, comme la position des bras par exemple, ou si son buste était vraiment trop loin du centre de gravité du cheval. L'essentiel pour moi est en effet que le cavalier dans un premier temps soit capable de suivre le centre de gravité du cheval en répartissant son poids du corps ni trop en avant ni trop en arrière ni penché sur le coté, qu'il soit décontracté même s'il agit, et que son corps suive les actions demandées logiquement. C'est à dire que si le cheval se "cambre" et qu'on veut qu'il aille plus vers le contact avec plus de rondeur, il faut qu'il avance son centre de gravité, le cavalier ne doit pas alors partir vers l'arrière et s'opposer au passage du cheval vers l'avant.

L'attitude du cheval

L'attitude du cheval ou du poney est essentiel dans mon enseignement. Et il est essentiel de l'obtenir par la bonne application de l'échelle de progression et pas artificiellement. La recherche du bon rythme, avec un rythme et une propulsion vers l'avant suffisants pour assurer une connexion de l'arrière vers l'avant, et la décontraction obtenue par l'alignement de la colonne du cheval (pas de torsion ou cassure crée par les mains ou la position du cavalier) et la décontraction de l'encolure. Louna a abordé la rondeur par 4 axes. 1 - La réponse aux jambes et la prise de réflexe de gérer tout problème de derrière vers devant  2 - La décontraction de l'angle tête encolure par action des poignets avec interdiction de changer les mains de place ou de "cisailler"   3 - La sensation du dosage de contact à accepter par l'utilisation 2 séances du tensiomètre  4 - L'utilisation ponctuelle de rênes fixes au tout début pour sentir la sensation dans le fonctionnement du cheval. 

Comme les chevaux qu'elle a monté étaient dressés elle a compris assez vite comment obtenir une mise en main de base, mais j'ai pu vérifier que cette compréhension lui permettait de monter de façon optimum des chevaux moins dressés qu'elle ne connissait pas. Début septembre 2016 j'avais programmé une 1ère compétition en novembre, et la mise en main était encore tellement instable que j'ai acheté un gogue pour le mettre éventuellement lors des premières sorties. Je l'aurai alors mis assez lâche juste pour obtenir un effet de "butoir" , mais en novembre l'activité et la stabilité étaient suffisants pour que je choisisse de ne pas l'utiliser. Il est donc neuf et encore étiqueté dans la sellerie :) 

Lors des premières compétitions, j'ai rencontré un souci dans les commentaires de jugement parfois. Avec certains juges, quand le cheval ou le poney s'ouvraient c'était peu sanctionné et rarement écrit dans les commentaires, alors que s'ils fonctionnaient correctement dans le dos mais un petit peu trop bas et donc un peu en dedans de la verticale c'était fortement sanctionné, un juge l'ayant même accusée de "maltraitance animale" alors qu'elle était emmenée par le poney très "chaud" ce jour là. J'ai choisi de ne pas tenir compte de ces remarques même si pédagogiquement et techniquement ça m'a parfois réellement agacée (parce que faire passer un cheval totalement ouvert et creux devant un cheval un peu trop rond n'aide pour l'avenir , à ce niveau club 3 , ni le cavalier ni l'enseignant qui peuvent croire qu'il vaut mieux trop haut et creux ). J'ai donc expliqué à Louna que même si parfois elle était mal notée, je ne voulais pas qu'elle utilise ses mains vers le haut pour les remonter et elle n'était pas encore assez mature techniquement pour améliorer de façon efficace l'équilibre en modifiant la cause dans le fonctionnement de l'arrière main.

Les exercices et tracés

Comme dans mon enseignement habituel pour le fonctionnement du cheval, je ne passe pas par les exercices (déplacements latéraux, petits cercles...) pour améliorer le fonctionnement. Je trouve que abordés trop tôt ces exercices desservent le cheval comme le cavalier. Dans le cas de Louna, je ne voulais pas aborder le travail latéral ou des courbes serrées tant que la stabilité des mains sur des choses très simples n'était pas acquise. Je ne voulais pas qu'elle commence à trouver des solutions de "bricolage" en tirant ou en poussant avec une main ou l'autre parce que c'est très difficile à modifier une fois que c'est installé. Si la progression est bien suivie, et l'exercice abordé uniquement quand le couple est prêt avec une équitation saine, l'exercice est facile à intégrer dans le répertoire du cavalier et ne détériore pas les paramètres de locomotion de base. Donc pour ces premiers 6 mois uniquement cercles de 20m (apprendre à les tracer correctement parce que le contrôle du tracé lui donne le contrôle élémentaire de l'équilibre latéral), lignes droites, précision des diagonales, transitions simples. 

La motivation

Comme je l'ai expliqué precédemment, la motivation du cavalier, ce qu'il est prêt à fournir comme efforts ou non est essentiel dans la réflexion de l'enseignant et ses choix pédagogiques. Avec un cavalier passionné qui demande à progresser, on peut proposer des séances assez intenses, avancer plus vite que si la motivation est fragile. C'est le cas des jeunes cavaliers qui ont choisi l'équitation comme activité ou sport par eux même, et qui ne vivent que par et pour le cheval. Ma fille, née avec les chevaux, vivant presque quotidiennement avec eux les considéraient plutôt comme une activité normale à partager avec moi qu'une passion à proprement dit. Par exemple, elle passait beaucoup de temps à dessiner mais ne dessinait presque jamais des chevaux, ne me demandait jamais de monter à cheval si je ne lui proposais pas, ne s'occupait jamais spontanément des chevaux, ne regardait jamais un cours ou une reprise si on était en concours ou si on regardait un concours de haut niveau à la télé, se plaignait dès qu'une séance était un peu physique ou fatiguante. J'ai choisi de continuer à lui proposer de monter 1 ou 2 fois par semaine mais de lui faire faire des séances courtes et de n'apporter qu'un élément à la fois. Un seul exercice, par exemple doubler dans la longueur et s'arrêter, ou la transition galop trot sur un cercle...Et arrêter la séance dès que le petit élément supplémentaire amené est compris. Je n'ai jamais cherché la perfection, juste une petite amélioration chaque fois, et j'ai eu la chance que Louna garde en mémoire chaque élément précédement intégré. Le début de la compétition a entrainé une augmentation de l'intêret qu'elle portait au dressage et sa motivation est maintenant grandissante. Depuis mai 2018 elle me demande des séances plus longues, de monter parfois 2 chevaux d'affilée, et depuis l'été 2018 elle demande à aller monter même si je suis absente. Maintenant on peut envisager une progression sportive réellement.

Les objectifs opérationnels

- Marcher et trotter enlevé sur la piste avec une main de chaque côté.                                                                                                                                                                      - Faire un grand cercle de 20m au trot enlevé en gardant les mains stables et à distance égale du garrot.                                                                                                              - A l'arrêt demander une décontraction de nuque élémentaire avec les poignets sans bouger les mains.                                                                                                               - Faire un cercle de 20m en A ou en C au trot enlevé avec des points de repère précis.                                                                                                                                          - Passer une transition trot pas fluide en avançant et en gardant le cheval vers le contact.                                                                                                                                      -  Prendre une petite diagonale (RV par exemple, pas de départ et arrivée à la lettre du coin en premier pour avoir le temps de préparer et devoir conduire réellement) au trot enlevé en assurant une direction précise.                                                                                                                                                                                                                  - Faire un cercle de 20m en B ou E.                                                                                                                                                                                                                            - Faire un cercle de 20m à une lettre intermédiaire.                                                                                                                                                                                                    - Partir au galop, du trot, dans un coin, en s'asseyant quelques foulées avant.                                                                                                                                                    - Faire un cercle de 20m au galop.                                                                                                                                                                                                                              - Demander une transition galop trot fluide en gardant le cheval en avant vers le contact                                                                                                                                          - Demander une transition galop trot à un endroit précis sur un cercle de 20m                                                                                                                                                          - Demander une légère flexion interne avant un cercle avec le poignet sans changer la main de place ni modifier la vitesse.                                                                                  - Demander un arrêt sur la piste du pas, en gardant le chval devant soi vers le contact sans bouger les mains.                                                                                                      - Demander une transition trot pas arrêt en gardant le cheval en avant vers le contact.                                                                                                                                            - Faire un doubler dans la longueur et demander une transition trot pas trot                                                                                                                                                            -  Faire un doubler dans la longueur avec arrêt en X et repartir progressivement.                                                                                                                                                      - Demander une légère flexion interne avant un angle droit pour doubler.                                                                                                                                                                  - Tracer une serpentine de 4 boucles au pas puis au trot enlevé en pensant à la flexion avant chaque boucle.

Cette liste n'est pas exhaustive mais montre à quel point j'ai découpé les séquences pour poser des bases solides.

 

Lydie K