Exemple de séance pour des cavaliers de club niveau galop 3 à 6

Ce sujet n'est pas encore en vidéo, mais j'essayerai de filmer un groupe et mettre cette séance en images ultérieurement. J'ai souhaité partager quand même cette expérience avec les enseignants qui consultent ce site, car elle peut les aider à aborder le fonctionnement du cheval de façon simple et saine.

Pédagogie : Réflexion de retour de stage. En Martinique ces 15 derniers jours j'ai eu l'occasion de donner des cours collectifs à des cavaliers de niveau et parfois d'âge bien en dessous du public auquel je suis habituée (ce qui n'est pas péjoratif, c'est juste différent et ce n'est plus dans mes habitudes).

C'est différent de mon expérience pédagogique avec Louna avec qui j'ai décidé d'apporter un petit élément à chaque fois, mais que je peux voir tous les 15 jours environ.

Il était donc intéressant de me demander ce que je pouvais leur apporter en une seule séance, isolée, qui reste dans mes spécialités habituelles tout en restant à leur niveau de compréhension et d'équitation.

J'ai donc choisi de les initier à l'échelle de progression, pour qu'ils prennent le réflexe des bonnes priorités.

Donc en premier, le rythme .
Dès la détente je leur ai expliqué que trouver le bon rythme était la priorité absolue qui conditionnait l'obtention de tout le reste. La notion de rythme comprenant l'activité régulière et le plus égale possible des 2 postérieurs, le respect de la définition de chaque allure, pas à 4 temps, trot à 2 temps AVEC le temps de projection, galop à 3 temps AVEC le temps de projection.
Pour contrôler le rythme, il était donc essentiel que les cavaliers vérifient la réponse immédiate et fine aux jambes et aux mains. Les cavaliers ont donc détendu en autonomie, en se concentrant sur la réponse aux aides, en essayant de prendre conscience que chaque action si fine soit elle et si involontaire soit elle de leur part était une question posée au cheval, qui devait alors répondre, que sans celà il était impératif de poser la question plus clairement, puis encore plus fort en cas de non réponse, puis céder immédiatement dès la bonne réponse donnée. Pendant toute la détente j'ai posée nominativement et régulièrement la question à chaque cavalier (pense tu que ton rythme est bon ? " Oui il est bon, ou, non il manque d'activité, ou de rebond, ou, c'est actif mais précipité. Petit à petit les cavaliers étaient capables de s'autoévaluer et rectifier avant même que je leur demande. Les chevaux deviennent plus à l'écoute et donc plus perméables aux aides, leur attitude change déjà sans l'avoir abordé.

Je leur explique alors le second échelon, la décontraction, en leur précisant que le ryhtme étant préalable il doivent continuer à se poser en permanence la question de savoir si ce premier élément est bien respecté avant de passer au second. Je leur fait aborder la décontraction par 2 axes. Le premier, prise de conscience de tous les mouvements du cheval, facilités par l'obtention du bon rythme qui fait bouger les hanches et donc le dos. Vérifiier que l'on ne gêne pas la mobilité du dos du cheval, par sa position, trop en arrière, ou trop rigide, ou pas centrée, et que l'on ne le gêne pas par les mains. Se concentrer au pas puis au galop sur le fait de laisser bouger toutes les vertèbres, notamment toutes les cervicales. Se décontracter soi même pour laisser une chance aux chevaux de fonctionner de façon décontractée.La majorité des chevaux fonctionne bien mieux durant cette phase et j'aide les cavaliers à en prendre conscience et à savoir si le cheval bouge TOUTES ses cervicales ou que les premières comme c'est assez fréquent.

Je leur explique ensuite que si malgré tout le cheval ne se décontracte pas suffisamment et garde une partie de son corps crispée, ils peuvent l'aider à l'aide de la décontraction latérale (courbes et déplacements latéraux) ou longitudinale, transitions et réponse aux mains en décontractant l'encolure. Là aussi s'ils ont choisi de demander quelque chose, ils doivent aller au bout de leur idée de façon juste et soft (nécessite un encadrement) en 3 à 5 secondes maximum, sans celà ils doivent modifier leur demande pour sortir d'une situation qui risque de se bloquer. Et là aussi, bien entendu, dès que le cheval apporte un début de réponse dans la bonne direction le cavalier doit céder pour dire "oui" tu cherches dans le bon sens.

A ce stade tous les cavaliers disent avoir leurs chevaux plus ronds ou plus légers que ce qu'ils ont jamais ressenti, et je leur demande de me faire un résumé des notions qu'ils retiendront en donnant un élément important chacun. Je n'ai pas eu de cavaliers en échec lors de ces séances, et des cavaliers qui m'ont signalé en début de séance des difficultés de comportement habituelles ou des irrégularités dans certaines allures ou des gros problèmes de contact ou de réponse aux jambes ont eu la surprise de ne pas se retrouver confrontés à leurs problèmes habituels. J'ai bien entendu insisté toute la séance sur la nécessité d'uitiliser une seule aide à la fois pour être clair et ne pas avancer frein à main serré par exemple.