Du jeune cheval au cheval de grand prix, évolution vers le rassembler

Voilà comment les cavaliers et entraineurs "modernes" envisagent l'évolution du jeune cheval en Hollande. Une ligne du dessus de plus en plus convexe pour que le cheval protège son dos et ne souffre pas de "kissing spine" ou autres lésions des apophyses épineuses. Pourquoi ai je spécifié en Hollande ? ça ne veut pas dire que des entraineurs ou cavaliers d'autres pays ne raisonnent pas ainsi (Carl Hester par exemple). Mais les hollandais font partie des cavaliers qui partent du principe que pour que le dos soit voussé, et la colonne vertébrale réellement alignée , il ne faut aucun décalage latéral, ni flexion latérale ni épaules décalées. Voir plus d'explications sur cette vidéo  

La première phase, consistant à obtenir une ligne du dessus progressivement de plus en plus convexe sera réalisée dans un équilibre plutôt horizontal, jamais un équilibre descendant (sur les épaules), et un équilibre montant uniquement quand le cheval a suffisamment de force pour mettre plus de poids sur les hanches sans que ça gêne sa propulsion et sans se contracter.

Dans l'équitation Allemande moderne le début du raisonnement sera sensiblement le même, le jeune cheval sera travaillé d'abord droit, puis il ira vers le rassembler notamment grace à l'épaule devant ou l'épaule en dedans.

En équitation "classique", si on suit les préceptes des grands écuyers qui ont écrit l'histoire sans les moderniser, l'équilibre prime, et la phase d'équilibre horizontal est beaucoup plus réduite, la convexité recherchée mais de façon moins conséquente, et le report de poids sur les hanches est assez vite une priorité.